Ces comportements qui plombent l’ambiance au travail ? 

Partie III : Grossophobie

La grossophobie affecte les salariés et les candidats car on leur retire toute valeur en raison de l’apparence extérieure de leurs corps.

Les personnes perçues comme plus belles selon les standards sociétaux ont plus de chance de réussir car on leur accorde plus facilement le droit à l ‘erreur et nombreux se persuadent que l’attractivité d’une entreprise passe aussi par l’apparence des salariés. La grossophobie est généralement façonnée par les médias, l'industrie de la beauté et des fausses notions de santé et de forme physique. L’ironie est l’utilisation excessive de Photoshop et autres logiciels de retouches par les marques ou magazines. Même le corps parfait n’est pas assez parfait.  

La grossophobie empêche l’accès à l’emploi pour certains car ils sont discriminés tôt dans le processus de recrutement. Il n’arrive pas à passer le stade de l’entretien. Un corps gros renvoie aux idées suivantes :

  • Manque de volonté
  • Fainéantise  
  • Obésité 
  • Boulimie
  • Manque de contrôle 
  • Excès, …

Il faut avant toute chose reconnaitre l’existence de la grossophobie au travail pour mieux la vaincre. Les changements ne se feront pas du jour au lendemain mais il faut accepter cette réalité. L’inconscient collectif est composé de croyances fausses comme cette idée que tout le monde essaie en permanence de perdre du poids peu importe son apparence.

Ces idées dépassées sont malheureusement encore bien établies dans l’inconscient collectif. Vous connaissez tous ce collègue qui essaie un nouveau régime tous les trois mois. Chacun va de sa petite anecdote et donne son avis sur telle ou telle méthode. La « diet culture » et la banalisation du « diet talk » sont ancrés dans le monde professionnel. Nous internalisons tous que la grosseur est négative et qu’un corps mince a plus de valeur.

  • > Combien ont été complimenté après un perte de poids volontaire ou non ? 
  • > Combien ont demandé à une femme enceinte comment elle comptait perdre les kilos de sa grossesse ?
  • > Combien se permettent de dire à une personne essoufflée dans les escaliers de se mettre au sport ?
  • > Combien se moquent quand une personne essaie de se faufiler difficilement par manque d’espace ?
  • > Combien ont peur des chaises dans certaines salles de réunions car ils savent qu’ils vont devoir souffrir ?
  • > Combien ont été désigné comme les costauds du bureau et doivent déplacer tout objet pour leur collègue ?
  • > Combien de personnes grosses sont moins bien payées que leurs collègues ?
  • > Combien de personnes mentionnent leurs tantes ou amis ayant eu recours à une opération pour perdre du poids ?
  • > Combien de collègue se sont plaints d’avoir grossi et se sentent déprimés ?

 

La prochaine fois que vous subissez ou que vous assistez une scène grossophobe au travail :

  1. > Vous pouvez répondre par le sarcasme : « Je ne savais pas que la promotion de la maigreur faisait partie de la stratégie de l’entreprise. Merci de me prévenir. J’en parlerai à mon prochain point individuel pour m’assurer que j’ai toujours ma place ici. »
  2. > Vous pouvez répondre : « Ce genre de commentaires est inapproprié et irrespectueux. Je te prie d’arrêter. » ou « J’aimerais vivre dans un monde où les commentaires négatifs et dégradants sur l’apparence physique n’ont plus leur place. »
  3. > Vous pouvez ne pas répondre. En effet, on tend à minimiser la violence des mots. Si la remarque vous heurte et vous être dans l’incapacité de réagir sur le moment. Vous pouvez quitter la pièce ou ne pas répondre. C’est effectivement le signe qu’il est nécessaire d’en parler car cela a eu un impact fort et vous ne pouviez pas répondre. Vous pouvez envoyer un mail pour détailler l’évènement et les mots échangés. Vous pouvez demander à parler votre manager direct pour lui en faire part.
  4. > Vous pouvez demander à la personne de répéter ce qu’elle vient de dire. Si la personne refuse de répéter ou de voir où est le problème, n’annoncez pas tout de suite que vous allez en parler les RH. Certains sont vifs et peuvent retourner la situation contre vous. Prenez note et faites en part aux ressources humaines le plus rapidement possible.
  5. > Vous pouvez répéter la remarque et demander si c’est bien ce vous avez entendu.
  6. > Contacter les ressources humaines même quand il s’agit d’une remarque qui ne vous visez pas : « Un collègues fait des commentaires déplacées sur le corps des femmes et met tout le monde mal à l’aise. »

Vous espérons que cet article vous a aidé à y voir plus clair avec quelques pistes d'actions à mener. 

À bientôt sur LE BLOG SparCom !

-

AVIS AUX ENTREPRISES :
>> Vous voulez promouvoir la diversité et la tolérance dans votre organisation mais vous ne savez pas comment vous y prendre ?
>> Vous voulez insuffler un vent nouveau au sein de votre organisation en dépoussiérant la culture et la communication interne ?Contactez notre équipe : team@sparcom.fr