La psychophobie sévit au travail 

Il est malade !
Elle est folle.
Il est complètement schizo.
Elle est bipolaire, ma parole !
Faut se faire soigner là mon coco !
Elle a quoi encore la dépressive…
Non, mais il est autiste ? C’est pas possible…
La liste est longue malheureusement...

La définition de la psychophobie est la suivante: (Sociologie) « Forme de discrimination et d’oppression à l’encontre d’un trouble psychique ou d’une condition mentale qu’une personne a ou est censée avoir. »

Nous voulions vous sensibiliser aux remarques devenues trop anodines en entreprise. En effet, nombre de remarques en entreprise sont utilisées pour foudroyer un ou une collègue suite à un comportement. Il ne s’agit pas de jeter la pierre à qui que ce soit. Il n’est pas nécessaire de stigmatiser les troubles psychiques en les associant à la moindre situation dérangeante en entreprise. 

Ce genre de comportements a tendance à exclure les personnes visées. Dénigrer ouvertement des troubles ou des maladies risque de rendre l’environnement de travail tendu voire toxique pour les personnes souffrants de ces troubles ou maladies. Les mots que nous utilisons ne sont jamais anodins. 

Si vos collègues se moquent ouvertement du burn-out ou de la dépression et que vous l’avez vécue ou connaissez des personnes qui en ont souffert, cela risque de vous affecter.

Quand il y a des conflits en entreprise, le médecin du travail ne viendra pas voir le manager pour lui réclamer le diagnostic psychiatrique de l’employé en question. C’est pourquoi il est important de savoir exprimer ses émotions et ses difficultés au travail sur la base de faits et non de jugements.

Je peux décrire une situation inacceptable ou étrange au travail sans psychiatriser mes collègues.